De savoureuses distributions s'orchestrent à Saint-Lubin

La nouvelle Amap (*) Terres de Cisse a démarré fort cet été. Et cherche encore de nouveaux membres jusqu'à Blois. Plus pour longtemps vu son succès...

 

Plus la récolte est bonne, plus les paniers débordent, pour un prix toujours constant.

 

L'odeur du basilic fraîchement cueilli accueille le visiteur qui franchit la porte de la salle des associations, près de la mairie de Saint-Lubin, chaque vendredi en fin d'après-midi. Puis, c'est la note sucrée de la pastèque, plus épicée des oignons et autres poivrons qui mettent tous ses sens en éveil.
Les produits frais sont multiples et variés, appétissants à souhait à l'aube du week-end. Mais si la bonne humeur et les discussions vont bon train, il ne s'agit en rien d'un marché classique. Ne sont admis que les personnes qui ont contracté avec les producteurs locaux, qu'elles viennent de Saint-Lubin, de la partie val de Cisse d'Agglopolys, ou tout simplement de Blois. Car avant Seur, l'Amap Terres de Cisse reste la plus proche de la ville.

« Nous avons démarré la distribution au début de l'été et nous avons déjà atteint les 120 adhérents. C'est un très bon succès et nous pourrions encore en accueillir un peu plus », explique Pascal Chopard, président de l'Amap gérée sur le mode associatif. L'aventure a pu voir le jour grâce à l'audace d'un jeune maraîcher, Alexandre de la Crompe, qui, à 25 ans, a choisi de s'installer en conversion bio à Saint-Lubin. « Nous savons d'où viennent les légumes que nous achetons, explique une Amapienne. Et regardez comme ils sont beaux ! En cette fin d'été, les paniers sont pleins à craquer, on a de quoi cuisiner toute la semaine de superbes recettes ! »
Il en coûte 15 € le grand panier, 8 € le petit chaque semaine. « Là, nous sommes à 14 kg le grand et 8 kg le petit car il y a beaucoup de variétés : salades, haricots, tomates, bettes, poivrons, etc. Les légumes d'automne vont commencer dans les semaines qui viennent et les quantités se tasseront un peu », explique Alexandre, très fier de sa première récolte foisonnante.
Soutenir le producteur

L'idée de l'Amap, c'est de soutenir le producteur : on paye à l'avance et on suit sa récolte, dans ses côtés fastes comme dans ses aléas. Tout le week-end, les Amapiens ont été invités chez Alexandre pour l'aider à fermer ses tunnels avant l'hiver, travail difficile à réaliser pour un homme seul. « Nous nous impliquons concrètement dans notre consommation. Respectueuse de la nature, produite localement, et qui reste socialement équitable », ajoute le président.
Pour compléter son panier, on peut aussi contracter avec le producteur de fromages de chèvre de la commune, le boulanger bio de Thésée, le producteur de porc de Lancôme, etc. Qui viennent grossir les rangs de cette joyeuse distribution, en assurant des tarifs vente à la ferme.
Contacts : amap-terresdecisse.fr, Pascal Chopard, tél. 02.54.70.09.40, Alexandre de la Crompe, maraîcher, tél. 06.74.92.93.20.
(*) Association pour le maintien d'une agriculture paysanne.

Béatrice Bossard

Actualités